Contrairement à une idée reçue fortement ancrée dans la pensée collective, l’avocat n’est pas là uniquement pour engager des procès, il doit au contraire pouvoir envisager dans les intérêts de son client de transiger avec son ou ses adversaires.
En effet, l’avocat doit pouvoir jouer un rôle de médiateur et d’apaisement des conflits, c’est là un rôle majeur de notre profession et c’est ce qui en fait aussi sa noblesse.

La transaction est un contrat civil définie aux articles 2244 et suivants du Code civil, elle a force de loi entre les parties, elle peut être conclue avant tout procès ou pendant le procès ou même après l’obtention d’une décision de justice.

Elle est un mode alternatif de règlement des conflits moins coûteux et moins long qu’un procès.
Personnellement, je m’engage dès que le dossier le permet à privilégier dans l’intérêt de mes clients ce mode de règlement des conflits.

A cet égard, ma méthodologie de travail consiste à analyser au préalable votre dossier pour en connaître les forces et les faiblesses et envisager ou non un procès, ou plutôt une transaction.

Vous devez savoir qu’une simple lettre d’avocat à votre adversaire peut faire avancer les choses et parfois même, mettre un terme au litige, là encore la consultation d’un avocat est souvent la première des solutions à envisager.